Hamon et le bus désenchanté

EN CAMPAGNE. Pour le dernier meeting de Benoît Hamon place de la République à Paris, des militants sont partis des Hauts-de-France. Embarquement à Béthune, dans le Pas-de-Calais.



Devant la gare de Béthune, le bus des soutiens de Benoît Hamon est discret. Pas d’affiches ni de drapeaux. Une petite pancarte derrière son pare-brise indique sa destination et son objectif : rassembler les sympathisants du candidat PS sur la place de la République à Paris avant les élections de dimanche.

Seuls trois militants sont montés à 13h30 à Béthune. Photo : F. EVRARD

 

Des militants en doute

A bord, moins d’une dizaine de militants. À l’origine ils devaient partir de Saint-Omer, dont l’ancien maire Bruno Manier soutient la candidature de Benoît Hamon. Pourtant, pas d’Audomarois en vue.  Manque de soutien ou simple problème logistique ? « Dites qu’on est partis d’Isbergues », élude Marie-France. Une ville qui n’est pas citée au hasard : le maire de cette commune du Pas-de-Calais, également absent, a donné son parrainage au candidat PS.

Trois militants ont bravé le froid et le bruit des travaux aux abords de la gare pour rejoindre la petite équipée en direction de Paris. « Nous sommes allés aux meetings de Bercy, Lille, Arras…, déroule Marie-France, et c’était complet à chaque fois, avec une très bonne ambiance. » Bien rodée, cette sexagénaire affirme que la chute de la popularité de Benoît Hamon dans les sondages ne limite en rien son passage au deuxième tour. Mais les doutes sont palpables dans sa voix. En cause, la médiatisation insuffisante de son favori, selon elle, face aux “affaires” de François Fillon et Marine Le Pen… « Le temps de parole de Benoît Hamon est aussi parasité par l’ascension de Mélenchon. Le programme de Benoît, personne n’en parle. »


Lire aussi : Fin de campagne pour les militants socialistes


Travail et espoir


Face aux hésitations, Amélie* prend le relais : « Peu importe ce qu’il va se passer, Hamon était donné 3ème ou 4ème à la primaire à gauche et regardez ce qu’il s’est passé. Ce sera pareil pour ces élections. »  L’ombre du candidat de la France insoumise vient pourtant perturber ces espoirs de victoire : « Je déteste Mélenchon, il me rappelle l’université avec les élèves en extase devant un professeur. Il a copié l’idée de la minute de silence de Benoît Hamon pour les migrants décédés, qui lui n’en a pas fait toute une publicité. Et puis Mélenchon s’est autoproclamé candidat écolo… » 

La militante vit seule avec un enfant et a récemment été licenciée. En attendant de pouvoir monter sa propre entreprise, Amélie recherche un travail salarié. Après un an passé au Brésil, son regard sur le monde du travail a changé : « Quand je suis rentrée en France, j’ai retrouvé une vision très pessimiste du monde du travail, comme s’il n’y avait que des problèmes. Avec Hamon, c’est une vision positive de la situation actuelle, et ça me plaît. »  Pas sûr que les habitants de Béthune partagent cet optimisme : le groupe Vivarte a annoncé des suppressions d’emplois dans les boutiques de prêt-à-porter du centre-ville, déjà en perte de dynamisme.

*Prénom modifié

 

Fanny Evrard

 
   

Copyright © 2020 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.