Mise au point sur… l’aide médicale d’État

MISE AU POINT. Depuis 17 ans, l’aide médicale d’État (AME), permet aux personnes en situation irrégulière de bénéficier de soins. Avec la crise migratoire que connait l’Europe depuis 2014, certains candidats à la présidentielle préconisent de revenir sur cette prestation sociale.

 

C’est une prestation sociale qui date de 1893 que souhaitent supprimer certains candidats. Une mesure prévue pour lutter contre l’exclusion sociale des malades et infirmes les plus pauvres. Maintenue après la création de la Sécurité sociale en 1945, elle s’adresse à tout étranger résidant en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois, sans remplir la condition de régularité. Le bénéficiaire type de cette prestation sociale « est un homme jeune âgé de 30 à 34 ans ». Pour les deux tiers d’entre eux, les bénéficiaires se trouvent en région parisienne, dans les Bouches-du-Rhône et en Guyane.

 

  • Pourquoi certains candidats souhaitent supprimer l’aide médicale d’État ?

Pour Marine Le Pen et François Fillon, les deux candidats souhaitant supprimer l’aide Médicale d’État, cette mesure permettrait de faire des économies budgétaires et dissuaderait l’immigration illégale. L’AME ne concerne effectivement que les étrangers irréguliers présents sur le sol français. Selon l’Inspection Générale des Affaires sociales (Igas), les bénéficiaires de l’AME sont majoritairement des hommes seuls, dans un état de santé dégradé et ne recourant aux soins qu’en cas de besoin. Si les candidats qui en proposent la suppression avancent l’argument de la lutte contre la fraude et les dérives, l’Igas estime qu’il n’y a pas d’abus notable dans les consommations de soins.

Depuis 2011, les dépenses liées à l’AME ne cessent d’augmenter en raison de l’accroissement du nombre des bénéficiaires pour atteindre 770 millions d’euros en 2016 soit environ 0,4 % de l’objectif national de dépenses de l’Assurance maladie. L’AME a permis à 316 314 étrangers sans papiers d’être soignés en France.


Les cinq mesures phares de François Fillon


  • Quelles économies permettrait la suppression de cette aide ?

Pour la Sécurité sociale, une telle mesure ne changerait pas radicalement la donne. Selon l’Institut Montaigne (un think tank français dont l’objectif est de concilier les enjeux de compétitivité et de cohésion sociale.), la suppression de l’AME aboutirait à un plafond de 473 millions d’euros d’économies. Un somme négligeable, rapportée aux 180 milliards de dépenses de la Sécurité sociale.


Les cinq mesures phares de Marine Le Pen


  • Y a-t-il des risques sanitaires inhérents à sa suppression ?

L’absence d’accès aux soins primaires freinera tout d’abord le dépistage de maladies transmissibles ou contagieuses (hépatite B, VIH, tuberculose, etc.) dont le diagnostic tardif est un risque sanitaire. Ensuite, l’abandon du traitement pour les patients atteints d’infections chroniques conduira au cumul de complications qui engendrent de multiples handicaps et augmentent sensiblement le coût des soins. Concernant les maladies graves, à l’image des cancers, les individus atteints ne seront pas nécessairement dépistés et les soins tardifs risquent de ne pas être efficaces.

 

Yassine El Azzaz


Voir toutes les Mises au point


 
   

Copyright © 2020 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.