Quel programme pour la santé ?

EN CAMPAGNE. Remboursement des soins, déserts médicaux ou l’avenir de l’hôpital, autant de questions qui se sont invitées à cette campagne présidentielle. Pour faire face aux préoccupations des Français, les candidats rivalisent de propositions fortes. Au risque de décevoir, une fois élus ? 

 

Le trou de la Sécu. C’est le fantôme qui hante tous les débats autour des questions liées à la santé. Faire baisser le déficit de l’Assurance-maladie sera le principal défi du futur locataire de l’Élysée. Il s’élève aujourd’hui à 4,8 milliards d’euros. C’est François Fillon qui propose la cure la plus radicale pour y faire face. Son programme prévoit vingt milliards d’euros d’économie en cinq ans, ce qui représente le double des objectifs poursuivis par le gouvernement actuel. 

Pour y parvenir, il prévoit la suppression de l’assistance médicale d’Etat ainsi que le tiers payant généralisé. Une mesure en commun avec le programme de Marine Le Pen. Cette dernière promet, de plus, d’imposer un délai de carence pour les remboursements des étrangers en situation régulière. S’il ne souhaite pas que l’hôpital soit touché par ses suppressions de postes de fonctionnaires, le candidat des Républicains propose néanmoins d’augmenter le temps de travail à 39h. 

Emmanuel Macron reste sur la même veine, quoique plus modéré. Il espère atteindre quinze milliards d’économies grâce à une politique de prévention dont il ne précise pas les contours précis. Il promet aussi un « plan d’investissement dans l’hôpital et l’innovation médicale » de cinq milliards d’euros sur cinq ans et un service sanitaire de trois mois d’actions de prévention pour les étudiants en santé.


À lire aussi : Les cinq mesures phares d’Emmanuel Macron


Jean-Luc Mélenchon est à l’opposé des propositions prônées par ses concurrents de la droite et du centre. Le candidat de la France insoumise veut créer un corps de médecins généralistes fonctionnaires rémunérés pendant leurs études puis affectés par l’État pour dix ans. Comme Benoît Hamon et Marine Le Pen, il propose d’augmenter le nombre de fonctionnaires de la santé publique. 

De son côté, Benoît Hamon souhaite la fusion de l’aide médicale d’État et la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) pour automatiser l’accès à ces aides pour les personnes éligibles. À l’image d’Emmanuel Macron, il fait de la prévention un axe fort de son programme. Il défend notamment le remboursement par la Sécu d’activités physiques prescrites ou la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle. Une mesure innovante et inédite.


À lire aussi : La mise au point sur l’aide médicale d’État


La lutte contre les déserts médicaux demeure au centre des propositions. Tous préfèrent les incitations financières pour attirer les médecins dans les territoires en manque de praticiens. Dans la continuité de ce qui a été fait sous le quinquennat de François Hollande, les candidats promettent de multiplier les maisons de santé pluridisciplinaires. Parallèlement, Benoît Hamon propose de ne plus autoriser le conventionnement avec l’Assurance-maladie dans certaines zones si le médecin refuse de pratiquer des tarifs sécu sans dépassements. Quant au candidat de La France insoumise, il espère créer un corps de médecins généralistes fonctionnaires rémunérés pendant leurs études puis affectés par l’Etat pour dix ans.

Yassine El Azzaz


Tous nos articles sur l’actualité de la campagne présidentielle


 
   

Copyright © 2022 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.