Marre du bulletin dans l’urne ? Un autre vote est possible

EN CAMPAGNE. Depuis mars, une expérimentation scientifique tente d’évaluer des méthodes de vote alternatives. 30 000 internautes ont participé, et ces nouveaux procédés électoraux apportent un éclairage intéressant sur l’élection présidentielle.

Et si on n’avait plus à glisser un unique bulletin dans l’urne, signe parfois trompeur d’un soutien absolu au candidat ? C’est la perspective qu’offrent de nouvelles expérimentations électorales.

« Voter autrement », c’est le nom du projet mené par une dizaine de chercheurs de différentes institutions, dont le CNRS. Ils testent depuis la fin mars des méthodes de vote alternatives pour élire le président de la République. Les candidats sont les mêmes que pour cette élection de 2017. Vote par approbation ou assentiment, par classement, vote par des notes de 0 à 5 ou de 0 à 10, ou vote par élimination successive des candidats…

 

 

Près de 30 000 internautes ont déjà participé à cette expérimentation, qui ne dure qu’une dizaine de minutes. On termine cette expérimentation avec la sensation d’avoir exprimé ses idées de manière beaucoup plus nuancée que par un unique bulletin.

Au-delà de permettre aux citoyens de découvrir des modes d’expression alternatifs, ce projet a un intérêt scientifique. Il permet aux chercheurs de savoir si la manière dont on compte les voix a une influence sur le résultat de l’élection. « Ces systèmes sont-ils réellement différents ? Un système est-il meilleur qu’un autre ? », se demandent les chercheurs sur leur site.

L’équipe de chercheurs expliquait à Libération il y a quelques semaines : « En permettant à chaque électeur d’indiquer les candidats qui retiennent son intérêt, voire de nuancer cette indication dans le cas du vote par note, les soutiens, pourtant non traduits dans les urnes avec le mode de scrutin en vigueur, sont mis en évidence. Le vote devient ainsi “moins silencieux”, et constitue une source d’information qui enrichit et rend l’analyse politique plus solide. »

En plus de cette expérimentation en ligne, d’autres sont menées dans des bureaux de vote lors de ce premier tour. Des bulletins de vote expérimentaux, des isoloirs et une urne de vote fictive sont mis en place, pour voter dans des conditions similaires mais selon des méthodes différentes.

Ce genre d’expérimentations, en ligne ou dans des bureaux de vote, avait déjà été mené en 2012. Sur le site Voteaupluriel.org, les internautes avaient pu tester différentes méthodes de vote alternatives, et avaient fait passer Jean-Luc Mélenchon au second tour, contre François Hollande. Mais seules 8 000 personnes avaient participé.

Quels sont les résultats de ces nouveaux types de vote ? Armez-vous de patience : ils seront communiqués « dès la fin de la période électorale, c’est-à-dire après le second tour des élections législatives, afin de ne pas perturber le calendrier électoral », indiquent les chercheurs.

En attendant, vous pouvez toujours vous rendre sur le site, et (re)voter pour le premier tour.

 

Brice Le Borgne

 
   

Copyright © 2022 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.