Marine Le Pen, l’Arlésienne de Béthune

Grand-Place de Béthune, 10h30, le soleil brille et une nuée de journalistes se presse à l’ombre du beffroi. Ce n’est pas le marché qui les attire, mais Marine Le Pen. La candidate frontiste se laisse toutefois désirer…

 

« J’ai vu son service de sécurité en prenant mon petit-déjeuner au café ce matin, mais apparemment elle n’est pas encore là », s’inquiète un journaliste. Cameramen et photographes encombrent le marché, attendant l’arrivée imminente de la présidente du Front National (FN). Un marchand de vêtement peu amical tente même de les chasser en montant le volume de la musique de son stand. Le temps passe et toujours pas de Marine à l’horizon. 

 

Les journalistes, mais aussi ses supporters, commencent à s’impatienter. Marianne Matyjasik en fait partie : « J’avais pourtant cru apercevoir sa voiture sur la route », explique cette blonde d’une cinquantaine d’année. « Quand j’ai entendu qu’elle devait venir, je me suis habillée, maquillée et j’ai pris la direction du marché. Je suis venue pour la rencontrer car j’ai voté pour elle. » Des profils comme celui de Marianne, il y en a de plus en plus à Béthune. La ville, traditionnellement ancrée à gauche, a effectué la bascule lors de cette élection. Marine Le Pen est arrivée en tête avec 28% des suffrages, devançant Emmanuel Macron de huit points. 

jh


À lire aussi : La percée surprise de Marine Le Pen en Outre-mer


Jh

Jamal, marchand lensois de 45 ans, tient néanmoins à relativiser la montée du Front National : « C’est normal que la région prenne cette tournure. Les autres politiques n’ont absolument rien fait depuis 30 ans. Même si je suis Algérien d’origine, j’aimerais que Marine Le Pen soit élue, histoire que les gens se rendent compte de la supercherie qu’elle représente ». Pour son cousin, Rachid, « c’est un vote de sanction, pas de conviction. (…) Elle profite des attentats et de la bêtise de certaines personnes ». 

jh

Contrairement à eux, Claudine Penel affirme que « c’est un vote de conviction ». La sexagénaire est contre l’immigration et voit la montée de la candidate frontiste comme « une bonne nouvelle pour le pays »

 jh

« Elle n’est plus là, vous arrivez trop tard »

 

Il est 11h, c’est désormais officiel : telle l’Arlésienne, Marine ne viendra pas. Pire, elle aurait volontairement fait une fausse annonce pour piéger les médias. Elle a finalement décidé de rester près d’Hénin-Beaumont, à Rouvroy… Le comble, c’est qu’elle n’était pas en tête dans cette commune au premier tour. Le jeu du chat et de la souris reprend. Mais à ce jeu, la présidente du FN a été la plus forte.

jh

Nous sommes arrivés trop tard. Trop tard pour entendre cette pique ironique de la candidate : « Notre stratégie n’a visiblement pas fonctionné, quelques uns ont réussi à me rattraper ». Ou comment une candidate qui dénonce le traitement médiatique de sa campagne « martyrise » les journalistes.

 

Christophe Landry et Malik Miktar


Lire tous nos articles En campagne


 
   

Copyright © 2022 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.