Mise au point sur… la préférence nationale

MISE AU POINT. Marine Le Pen a beaucoup parlé de “préférence nationale” pendant cette campagne électorale. Le concept revient régulièrement sur la table depuis quelques années. En quoi cela consiste-t-il exactement ?

L’idée de préférence nationale consiste à conférer à l’Etat un pouvoir décisionnaire important. Il peut, par ce biais, donner une priorité aux nationaux d’un pays donné dans l’attribution d’aides, d’allocations ou encore de subventions.  Ses détracteurs le définissent comme une politique égoïste, rabougrie et xénophobe.

  • Dans les faits ça donne quoi?

En général les employeurs français doivent payer une taxe auprès de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) quand ils décident d’embaucher un étranger, hors union européenne, ou lors de sa première admission en qualité de salarié.

“Priorité nationale à l’emploi”, c’est le projet emploi de Marine Le Pen. En gros, pour lutter contre le chômage, la candidate du FN propose une taxe supplémentaire sur l’embauche des salariés étrangers, pour un gain chiffré à 2 milliards d’euros par an, de quoi susciter un effet dissuasif chez les employeurs. A la présidentielle de 2012, elle envisageait, en cas de victoire, « l’expulsion des étrangers qui se trouvaient au chômage » après un an.


Lire tous nos articles sur Marine Le Pen


  • Préférence nationale dans l’emploi mais pas que…

En France, une personne française, ou étrangère, peut bénéficier du revenu de solidarité active (RSA) dès 25 ans. Cette prestation sociale permet d’assurer aux personnes sans ressources, ou disposant de faibles revenus, un niveau de revenu minimum. Aujourd’hui, près de 4,8 millions de personnes touchent ces allocations. Marine Le Pen propose que les minima sociaux soient réservés uniquement aux Français. Elle pense en effet que, « pour sauver le système de solidarité nationale, il faut le réserver aux Français ».

Sur d’autres points comme l’attribution des marchés publics, Marine Le Pen n’est pas la seule à évoquer la préférence nationale. Trois autres candidats partageaient cette idée. Marine Le Pen propose d’orienter la commande publique vers des produits français. Nicolas Dupont Aignan était, de son côté, d’avis qu’il faut imposer l’étiquetage de la part de made in France des produits. Jacques Cheminade, lui, proposait de nationaliser les entreprises stratégiques pour les intérêts français. Enfin, François Asselineau voulait nationaliser les activités de Veolia et Vivendi.

La politique agricole commune absorbe aujourd’hui près de 40 % du budget européen et la question sur les critères du bio en Europe est loin de faire consensus au Parlement européen. Marine Le Pen et François Asselineau proposent une transformation de la Politique agricole commune (PAC) en “Politique agricole française”. L’idée d’Asselineau était de recentrer les actions sur la préférence communautaire, le garantie des prix et les quotas.

  • A l’étranger, on y pense aussi

En 2016, le Royaume-Uni avait également appelé à instaurer la préférence nationale dans le domaine des embauches, à travers un nouveau plan de restrictions pour les entreprises. Toutes les entreprises étaient donc appelées à publier une liste de leurs employés non-britanniques et à privilégier la main-d’oeuvre nationale. Aux Etats-Unis l’idée résonne également. Donald Trump a signé le 18 avril 2017 un nouveau décret visant à encourager la préférence nationale dans l’emploi et dans la production industrielle : “acheter américain, embaucher américain”.

Ange Kasongo


Toutes nos mises au point sur les principaux thèmes de campagne


 

 
   

Copyright © 2018 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.