Macronistes et Le Penistes : quelle stratégie pour les prochains jours dans le Nord ?

EN CAMPAGNE. Au lendemain du premier tour, les militants ne relâchent pas l’effort. Outre le traditionnel tractage et porte à porte, sur quoi misent-ils précisément pour faire triompher leur champion ?

  • Macron, après la forme, le fond

Il n’est “ni de droite ni de gauche” mais d’un mouvement qu’il a fondé lui-même l’année dernière : En Marche. Emmanuel Macron représente pour son électorat une figure du renouveau. Vincent Fleury, responsable d’En Marche à Lille, explique : « Ces quinze prochains jours on va se concentrer sur le fond, sur le programme de Macron. On va miser sur l’intelligence plus que sur la figure de Macron. » Et c’est dans la continuité du premier tour que s’inscrivent les militants.

« Il n’y a pas encore d’action officielle, on est en train d’organiser les opérations à venir. L’agenda de Macron n’est pas encore bouclé mais je pense qu’il fera un meeting à Arras car il avait été annulé avant l’élection. Ce qui est sûr c’est qu’on continue le tractage et le porte à porte comme avant. On organisera une réunion dans les prochains jours mais on préfère le terrain » détaille Slim Hamani, responsable du comité Cormontaigne-Wazemmes. « Le but est de faire le meilleur résultat possible et de combattre le Front National. On cible les personnes qui ont voté au premier tour et on souhaite récupérer les électeurs de Mélenchon et de Fillon, même si je me doute qu’il n’y aura pas un report total des voix. On a déjà fait du terrain au préalable, on a essayé de convaincre les citoyens au porte-à-porte : si le candidat qu’ils soutenaient n’était pas élu au premier tour, ils voteraient Macron au second » ajoute le responsable.

La stratégie est donc plus ou moins la même chez les militants. Vincent Fleury précise quant à lui : « On visait beaucoup les abstentionnistes jusqu’ici, mais ces prochains jours on visera tous les Français. On veut éviter la démobilisation. Le but de notre action sera de mieux expliquer le programme, le fond des choses. Ce sera quinze jours, s’ils sont bien menés, qui permettront de bien gouverner les Français par la suite. On vise entre 60 et 70 % des votes. Plus il y en aura, plus on aura de légitimité et on pourra prévoir les législatives. »

 


Tous nos articles sur Emmanuel Macron


 

  • Front National, des électeurs à acquérir

Du côté du clan Le Pen, un maître-mot : convaincre. Les militants frontistes savent qu’ils devront être persuasifs pour rallier indécis et électeurs déçus à leur cause. Victor Catteau, 21 ans, a rejoint le FN en 2014 et est aujourd’hui secrétaire de la cinquième circonscription du Nord : « La direction départementale m’a confié la gestion de ma circonscription, et la direction du parti m’a attribué mon investiture pour les législatives. » Les militants du Front National n’ont pas de temps à perdre : « Les tractages reprennent demain dans ma circonscription, je pense que dans les autres aussi. Nous devons convaincre plus ! Il faut aller convaincre les indécis, les électeurs de François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, sans oublier ceux de Nicolas Dupont-Aignan. Pour cela, rien de mieux que les rencontres, ce qui passe par des mobilisations sur les marchés, ou encore du porte-à-porte. » Dans cet entre-deux-tours, plusieurs rassemblements sont à prévoir afin de fédérer autour du parti. « La première manifestation aura lieu demain, 25 avril, avec la venue de Marion Maréchal-Le Pen à Lécluse, près de Douai. Le 1er mai, l’ensemble des fédérations de France sont conviées à Paris pour un grand rassemblement », explique Victor Catteau.


Tous nos articles sur Marine Le Pen


 

Céline Delhaize, étudiante en droit de 22 ans, milite pour le Front National. Dans deux jours, comme chaque mercredi, les militants se réuniront pour décider des prochaines actions à mettre en place : « En moyenne, on en fait deux ou trois par semaine. Pour préparer le second tour, on va continuer à distribuer des tracts, faire du porte-à-porte, coller des affiches, aller rencontrer les gens sur les marchés et les braderies. L’important c’est d’être présents, que les gens ne nous oublient pas. » Les militants comptent également se rendre dans les bureaux de vote lors du second tour. « On craint la triche dans des bureaux sensibles, on veut s’assurer que le vote se passe démocratiquement », ajoute Céline Delhaize. Pour elle, il est primordial de continuer à diffuser les idées du parti sur les réseaux sociaux et sur le terrain : « Il faut que les gens sachent ce que l’on défend. Pour moi, quand on aime la France, on vote Front National », conclut-elle.

Chloé Simon et Romane Gerno


Retrouvez toute l’actualité des candidats en campagne


 
   

Copyright © 2018 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.