Le jeu des différences entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon

INFAUX. En ce moment, les comparaisons entre les candidats sont légions et souvent bidons. On a donc décidé de reprendre une comparaison entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, produite par des militants de la France Insoumise. Nous nous sommes focalisés sur les principaux points concernant le candidat du mouvement En Marche.

 

  • Suppression des 35 h ➔ Faux. Il veut en réalité les « assouplir » en privilégiant les « accords négociés majoritaires ». Il a d’ailleurs déclaré à ce sujet : « les 35 heures ça marche très bien dans certains secteurs, mais dans d’autres, elles posent un vrai problème de compétitivité ou d’organisation ».

 

  • Âge légal de départ à la retraite de 67 ans ➔ Faux. Il est plutôt clair sur ce point : l’âge légal de départ à la retraite restera à 62 ans, mais « ceux qui le souhaitent pourront choisir de travailler plus longtemps afin d’améliorer leur pension ».

 

  • Favorable à la loi El Khomri ➔ Pas vraiment. Il veut en réalité aller plus loin encore. On se souvient que lors de son passage à Bercy, au ministère de l’Economie, il avait milité pour que la loi El Khomri « libère » encore davantage le marché du travail. Il avait même regretté que Manuel Valls décide de réformer le projet initial de cette loi pour la rendre « acceptable » par des syndicats tels que la CFDT.

 

  • Favorable aux OGM ➔ Pas vraimentEmmanuel Macron juge la position de la France « bonne ». Il ne compte pas les autoriser, mais il veut accentuer la recherche publique sur la question, afin d’éviter un monopole des grands groupes tels que Monsanto-Bayer.

 

  • Favorable au CETA ➔ Vrai. Il est l’un des seuls candidats à l’élection présidentielle à être ouvertement pour. L’ancien ministre de l’économie et du numérique a déclaré que ce traité « améliore objectivement les choses dans notre relation commerciale avec le Canada ». Cependant, il a jugé légitimes les réserves posées par le parlement wallon à ce sujet. Il veut également que le traité soit exclusivement ratifié au niveau européen et non devant les vingt-sept parlements nationaux.

 

  • Favorable à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes ➔ Faux. Il est même contre « les fondamentaux économiques » de cet aéroport « qui ne sont plus conformes » à la situation actuelle. Cependant, il ne compte pas revenir sur le référendum qui a eu lieu. Il propose de nommer un médiateur qui aura 6 mois afin de convaincre les zadistes qui occupent les lieux.

 

  • Favorable au nucléaire ➔ Pas vraiment. Emmanuel Macron souhaite abaisser de 75 % à 50 % en 2025 la part du nucléaire dans la production électrique française. Il s’engage à fermer la centrale de Fessenheim. Il veut également doubler, en cinq ans, la capacité des parcs solaire et éolien. Pour ce faire, il compte simplifier et raccourcir les procédures. Conformément à la loi sur la transition énergétique, il compte atteindre les 32 % d’électricité d’origine renouvelable à l’horizon 2030.

 


Comparer également les programmes de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen 


 

  • Favorable au diesel ➔ Faux. Le candidat d’En Marche a déclaré qu’il « faut poursuivre le rapprochement des tarifs entre le diesel et l’essence – donc rendre le diesel moins attractif ». Il veut renouveler le parc automobile français et souhaite mettre en place une prime à la conversion de 1 000 euros, qui sera attribuée aux ménages modestes souhaitant remplacer leur ancien véhicule diesel par un modèle hybride, électrique ou non diesel.

 

  • Favorable au gaz de schiste ➔ Faux. Emmanuel Macron a été clair sur ce point : il ne donnera pas de nouveau permis d’exploration ou d’exploitation de gisements d’hydrocarbures, ni aux gaz de schiste sous son quinquennat.

 

  • Dépénalisation du cannabis ➔ Vrai, mais… Dans son ouvrage « Révolution », l’ancien ministre de l’Economie s’est dit « pour une dépénalisation de la détention en petite quantité du cannabis afin de désengorger les tribunaux ». Cependant, il est contre la légalisation. Il propose donc la possibilité de « pouvoir sanctionner sur-le-champ par une amende de 100 euros environ, plus dissuasive et efficace ».

 

  • Fin du RSI ➔ Vrai, mais… Tous les candidats, hormis Philippe Poutou et Nathalie Arthaud proposent de le supprimer ou de le réformer. Concernant Emmanuel Macron, le candidat d’En Marche à l’élection présidentielle souhaite adosser le RSI au régime général. Pour cela, il propose de supprimer la caisse qui gère le RSI. Le 19 décembre 2016, il déclarait : « Le Régime Social des Indépendants (RSI) n’est plus adapté, et donc ce que je ferai, c’est un adossement des indépendants au régime général, avec un guichet spécifique, parce qu’il doit y avoir un traitement particulier, mais je ferai bénéficier les indépendants du même logiciel, des mêmes simplicités de gestion, des mêmes délais. »

 

  • Suppression de l’ISF ➔ Faux. C’est en réalité une réforme de cet impôt que l’ancien ministre de l’Economie propose. Il veut, en réalité, supprimer « la part qui finance l’économie réelle », c’est-à-dire la détention d’actions, pour en faire un « impôt sur la rente immobilière » . Plus simplement, il souhaite que l’ISF ne soit calculé que sur la valeur du patrimoine immobilier. Le seuil d’entrée de 1,3 million d’euros de patrimoine et le barème resteront inchangés.

 

  • Lutte contre la fraude sociale ➔ Vrai. Le candidat d’En Marche promet une accentuation de la lutte contre la fraude sociale. Il affirme qu’une « fraude grave entraînera désormais, en plus du remboursement, la suspension de la prestation ». Emmanuel Macron promet, en parallèle, d’accentuer également la lutte contre la fraude fiscale via un alourdissement des sanctions.

 

  • Réduction des dépenses publiques sur 5 années ➔ VraiÀ ce sujet, Emmanuel Macron déclare que le « poids de la dépense publique devra être progressivement ramené vers la moyenne de la zone euro », soit 48,5 % en moyenne (contre 57 % en 2015). Il prévoit « une baisse de 3 points de la part des dépenses dans la richesse nationale », soit 60 milliards d’économies sur 5 ans. Pour réaliser ces économies, Emmanuel Macron vise « 25 milliards d’économies sur la sphère sociale », dont 15 milliards sur l’Assurance-maladie et 10 milliards sur l’assurance-chômage, grâce à des réformes structurelles.

 


Vous aimez démêler le vrai du faux ? Lisez nos articles « Infaux »


Malik Miktar

 
   

Copyright © 2020 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.