Jean-François Jalkh, le sulfureux remplaçant de Marine Le Pen à la tête du FN

EN CAMPAGNE. Au lendemain du premier tour, Marine Le Pen a quitté provisoirement la présidence du Front national pour pouvoir faire campagne sans l’étiquette du FN. Son remplaçant : Jean-François Jalkh, un ancien proche de Jean-Marie Le Pen qui aurait accrédité des thèses négationnistes dans les années 2000.

C’est une première dans l’histoire du Front national : la famille Le Pen n’a plus la présidence du parti. Depuis 1972, ils avaient été seulement deux à diriger le mouvement frontiste : Jean-Marie Le Pen, puis sa fille à partir de 2011. La candidate à la présidentielle s’est temporairement retirée de la présidence pour pouvoir faire une campagne de rassemblement, libérée de l’étiquette plombante du FN.

Des déclarations négationnistes

Alors que la campagne du deuxième tour bat son plein, la nomination – même éphémère – de Jean-François Jalkh à la présidence du parti détonne avec la dédiabolisation entreprise par Marine Le Pen depuis 2011. Si l’homme, réputé pour son caractère discret, affiche un profil plus consensuel que controversé, il n’est pas pour autant exempt de toute polémique. En 1991, ce proche de Jean-Marie Le Pen, chargé des affaires juridiques au Front national, s’était rendu à la cérémonie du 40e anniversaire de la mort de Pétain, avait alors révélé Le Monde.

À l’annonce de sa nomination à la tête du parti, des déclarations sulfureuses ont refait surface. Le journaliste de La Croix Laurent de Boissieu a signalé mardi que le président par intérim du FN avait tenu en 2000 des propos négationnistes en affirmant que « d’un point de vue technique, il est impossible d’utiliser du Zyklon B [un gaz toxique utilisé dans les chambres à gaz durant la seconde guerre mondiale] dans les exterminations de masse. »

 

 

En 2015, il est mis en examen pour « escroquerie » et « abus de confiance » dans le cadre du financement du FN, par le biais du micro-parti Jeanne. Son nom apparaît également dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs de collaborateurs au Parlement européen.

Vieux de la vieille

Contrairement aux nouveaux venus de l’ère Marine, parmi lesquels Nicolas Bay, David Rachline et Florian Philippot, Jean-François Jalkh est un vieux de la vieille. Membre du parti depuis 1974, il a fait toute sa carrière politique au Front national : député, conseiller régional député européen.

Sa nomination était initialement une manière pour Marine Le Pen de garder la main sur son parti tout en affichant une certaine prise de hauteur présidentielle par rapport à la vie politique. Fidèle parmi les fidèles, il était le lien entre la frange historique frontiste et le visage plus apaisé du parti. Mais suite aux révélations de ces derniers jours, l’homme de paille pourrait vite prendre feu.

Victor Zammit

 
   

Copyright © 2022 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.