Aux Pays-Bas, la dédiabolisation réussie de Marine Le Pen ?

VU D’AILLEURS. Le 15 mars 2017, le leader néerlandais d’extrême droite Geert Wilders était battu par le libéral Mark Rutte aux législatives. Le second tour de la présidentielle française, qui propose un choix politique similaire, n’éveille pourtant pas l’intérêt des deux plus grands quotidiens nationaux.

 

888 000 exemplaires. C’est le tirage cumulé du Telegraaf (conservateur, 462 000 exemplaires) et de Metro (gratuit, 426 000 exemplaires), les deux plus grands quotidiens néerlandais. Deux titres, une constante : le second tour de l’élection présidentielle française y occupe une place négligeable.

Ainsi, si le Telegraaf avait publié une série d’articles au lendemain du premier tour, le dernier remonte au…25 avril. Le quotidien batave rapporte en une quinzaine de lignes les reproches d’Emmanuel Macron à sa rivale, accusée de « semer la haine. » Les autres articles du journal amstellodamois sur la présidentielle datent du 24 avril, et traitent du positionnement des deux finalistes par rapport à l’Europe, de la réaction des investisseurs aux résultats du premier tour ou encore de l’effondrement des deux grands partis de gouvernement. Détail intéressant : le Telegraaf considère Marine Le Pen comme une « populiste de droite ». Le mot « extrême » n’est pas employé.

Le quotidien gratuit Metro est encore moins disert à propos de la course à l’Élysée. Le dernier article sur la présidentielle, daté du 25 avril, évoque une tentative de piratage visant l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Le journaliste affirme, d’après des informations du New York Times, qu’elle a été menée par « les mêmes hackeurs » que ceux dont avait été victime Hillary Clinton. La veille, un portrait du candidat d’En Marche ! avait été publié ; deux jours plus tôt, le 22 avril, le quotidien gratuit avait souligné le désir de « changement » des électeurs français, tout en se demandant « grâce à qui » il se produirait. Ici, Marine Le Pen était assimilée à « l’extrême droite ».

 

L’Algemeen Dagblad brandit les casseroles  

Entre le dimanche 23 et le vendredi 28 avril, l’Algemeen Dagblad (centre droit)troisième quotidien national en termes de tirage, a publié au moins un article par jour sur la présidentielle. Les quatre derniers articles ne présentent pas Marine Le Pen sous son jour le plus favorable. Accusée de « semer la haine » le 25 avril, la procédure de levée de son immunité parlementaire est évoquée le lendemain, avant que l’affaire des emplois fictifs et les propos négationnistes de Jean-François Jalkh ne soient épinglés.  Une tribune publiée le 25 avril souhaite enfin bonne chance au futur chef de l’État pour résorber « l’écart » entre la France urbaine et la France rurale.  Le quotidien de Rotterdam qualifie tantôt Marine Le Pen de « populiste de droite », tantôt de représentante de « l’extrême droite ». 

 

Le Volkskrant sceptique sur Macron

Le Volkskrant (centre gauche, 260 000 exemplaires) a publié une petite vingtaine d’articles depuis le 23 avril, date du premier tour. Le lecteur a ici le choix entre des tribunes, des articles plus factuels, un portrait et des résultats de sondages. Le dernier article date du 1er mai ; la tribune en question propose un point de vue plutôt critique sur Emmanuel Macron, incarnation de « la vieille bulle politique, terreau pour le populisme de droite ». Marine Le Pen est rarement classée sur le spectre politique (elle n’est taxée de « nationalisme » qu’à une reprise), tandis qu’Emmanuel Macron est souvent vu comme un « libéral », parfois « de gauche ».

 

Méfiance pour le NRC Handesblad 

Dernier grand quotidien batave, le NRC Handelsblad (151 000 exemplaires) commente tout aussi abondamment l’actualité politique française. Le journal libéral a publié son dernier article sur la présidentielle le 1er mai, et a organisé un Facebook Live au lendemain du premier tour pour répondre aux interrogations de ses lecteurs sur la course à l’Élysée. Le NRC Handelsblad n’écarte en tout cas pas l’hypothèse d’une victoire de la candidate frontiste. Deux articles en témoignent : Bruxelles se réjouit déjà, mais Le Pen a ses chances (24 avril) et Le Pen ne sera pas écartée avec des oukases moraux (28 avril). La candidate du Front national (FN) est qualifiée de « nationale-populiste », Emmanuel Macron de « social-libéral, candidat sans parti ». 

La plupart des articles relatifs à la présidentielle française font un parallèle entre les idées de Marine Le Pen et celles de Geert Wilders. Mais maintenant que la menace incarnée par ce dernier s’est éloignée, les grands quotidiens néerlandais semblent globalement moins prompts à dénoncer les dérives frontistes. Une forme d’exportation de la dédiabolisation du FN au-delà des frontières françaises ?

Damien Gaudissart

 
   

Copyright © 2018 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.