Nouveau tour, nouvelle campagne : Emmanuel Macron campe sur ses positions

EN CAMPAGNE. Alors que s’approche le dénouement final, les deux candidats tentent de séduire les indécis avec une stratégie différente de celle adoptée avant le premier tour. Emmanuel Macron campe sur ses positions, déjà en grand écart : le candidat d’En Marche ! pourra difficilement ratisser aussi large que son adversaire.

 

Il y a d’abord eu les images de la soirée du 23 avril. Elles en ont surpris plus d’un : Emmanuel Macron et son équipe semblaient considérer qu’ils avaient déjà gagné. Le discours du candidat, qui s’est fait longuement attendre, ressemblait à un discours de victoire de second tour. « Le peuple de France s’est exprimé. […] Je mesure l’honneur et l’insigne responsabilité qui me revient. » Après le discours, la soirée à la brasserie parisienne La Rotonde a fait couler de l’encre. Elle a rappelé à certains la célébration en grande pompe au Fouquet’s de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007.

 

Un mot d’ordre : l’alternance

Puis, le candidat d’En Marche !, s’est placé en « rassembleur ». Celui qui a donné naissance à un mouvement à partir de rien, cherche à convaincre autant à gauche qu’à droite. Son mot d’ordre : l’alternance. Il se place comme le candidat qui ferait table rase du passé, y compris du sien, lui qui a été ministre du gouvernement Hollande.

Ce qui est un des arguments majeurs de Marine Le Pen : « Dans une continuité désastreuse avec Hollande, son ancien ministre Emmanuel Macron conduira les mêmes politiques de saccage systématique de la France avec le soutien de toutes les vieilles gloires d’un système à bout de souffle », scande-t-elle dans son clip de campagne.

« Macron prend des risques »

Pierre Mathiot, professeur et chercheur à Sciences Po Lille, estime que le candidat a « pris des risques » dans l’entre-deux-tours. « Macron joue. Il ne drague pas de façon explicite les électeurs de Mélenchon et de Fillon comme le fait Marine Le Pen. Il devrait plus jouer la carte du rassemblement. »

Si Emmanuel Macron n’a pas un programme de terrain aussi chargé que celui de Marine Le Pen pour l’entre-deux-tours, avec une visite officielle par jour, il semble avoir fait des choix stratégiques. Il tente de faire face à la stratégie de dédiabolisation de Marine Le Pen. Il s’est par exemple rendu à Oradour-sur-Glane, village de Haute-Vienne en mémoire des 642 Français massacrés par des SS Allemands en 1944. Était-ce en réponse aux nombreux dérapages de certains membres ou proches du Front national ? Emmanuel Macron a par ailleurs assisté à plusieurs commémorations aux faux airs de visites officielles de président.

 

 

Ne pas se laisser abattre par le FN

Ses discours de meeting sont souvent l’occasion de critiquer le Front national, qu’il a par exemple qualifié de parti « anti-France » lundi dans son meeting à la Villette. « Le parti des agents du désastre, les instruments du pire, l’extrême droite française elle est là, avec leur parti Front national », a déclaré le candidat d’En Marche !

Des éléments de langage, le candidat n’en manque pas. Slate revient justement sur un mot central dans le vocabulaire d’Emmanuel Macron, qu’il aurait en fait piqué à… Marine Le Pen. Sur le site Mesure du discours du laboratoire Bases, Corpus, Langages de l’université de Nice, on peut voir quels sont les candidats qui utilisent le plus le mot « patriotes ». Sur 128 discours décortiqués par le laboratoire, on dénombre 38 « patriotes » pour Marine le Pen, et 19 pour son concurrent.

Un programme qui n’a pas bougé

Quant à son programme, le candidat d’En Marche ! a décidé de peu ou pas le modifier. Sa position de grand écart entre la droite et la gauche est déjà suffisamment délicate, difficile de trop modifier ses engagements, sous peine de perdre ses derniers ralliements. Mais il a tout de même donné des gages à la gauche, pour avancer des arguments concrets et consolider les ralliements.


Lisez aussi notre article : Macron tente de rassembler à gauche


Deux tours, deux professions de foi. Contrairement à son adversaire, Emmanuel Macron, n’a pas changé grand chose aux tracts distribués avant les votes.

Caroline Pain

 
   

Copyright © 2021 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.