Post-débat : les télespectateurs ne changent pas d’avis

EN CAMPAGNE. Le pugilat auquel se sont livrés Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat du second tour n’a pas convaincu les indécis. Suivi par 16 millions de téléspectateurs sur TF1 et France 2, il renforce traditionnellement les partisans des deux camps dans leurs choix. Malgré la présence de la candidate d’extrême-droite, le débat ne semble pas cette fois non plus, avoir enrayé la progression du “ni-ni”.

 

« Le débat était minable, ils se sont juste foutu sur la gueule. »  Simon Guerrero, 22 ans, a voté Jean-Luc Mélenchon au premier tour. Et depuis le 23 avril au soir, il sait qu’il votera blanc. Le débat n’a rien changé pour lui. « C’est hors de question de voter FN évidemment, mais je n’ai pas le courage de voter Macron non plus, explique cet employé de PSA. Derrière tous ses grands mots et ses sigles incompréhensibles, je ne vois pas de vraies propositions. » Claude Boivin, retraité de 62 ans, a lui aussi regardé le débat « à contre-cœur, par acquis de conscience ». Soutien de Mélenchon pour les deux dernières élections présidentielles, ce conseiller municipal PCF de la ville d’Houilles (Yvelines) a pris l’habitude de glisser un bulletin « Jean Moulin » dans l’urne du deuxième tour. « Le débat m’a convaincu de ne pas voter Macron, ni Marine, déclare-t-il. Ça fait depuis 2002 que l’affaire du FN permet à certains d’être élus. Aux municipales, aux législatives, aux régionales… Et aujourd’hui on nous fait le même coup avec un type qui est le pur produit des médias. »

Simon comme Claude estiment « logique » que leur candidat n’ait pas donné de consigne de vote pour le second tour. « Les électeurs sont assez intelligents pour savoir ce qu’ils ont à faire, considère le militant communiste. Je souhaite que Macron batte Le Pen, mais avec le plus petit score possible, pour lui faire comprendre que la majorité des français ne soutiennent pas son projet » explique le communiste. De la culpabilité ? Simon n’en ressent aucune. « J’aurais honte, en tant que Français, si Marine Le Pen est élue, mais je ne vois pas pourquoi je me sentirais coupable, affirme-t-il. Je ne me reconnais dans aucun des candidats, et je ne veux pas voter contre. »

 

La défense de Macron rassure, un peu

Certains indécis se résignent à voter pour Macron, contre le FN. Mais ce n’est pas grâce au débat d’hier. « C’était pathétique, une succession d’attaques et de défenses sans fond, regrette Goli Moussavi, 25 ans. Avec des amis, on a fait un jeu à boire pour faire passer la pilule : Macron dit un truc incompréhensible, tu bois. Le Pen dit un truc raciste : tu bois. » Seule touche positive selon elle : « Je pensais que Macron allait se faire laminer, et j’ai été surprise de voir qu’au final il parlait bien. Même si je ne suis pas d’accord avec ce qu’il dit. » Au soir du premier tour, cette mélenchoniste convaincue voulait s’abstenir totalement. Mais penche de plus en plus pour un vote en faveur d’Emmanuel Macron. Elle ira peut-être, mais en fin de journée, si les estimations de vote donnent le FN trop fort. Mais c’est un vote « qui l’énerve ».

Selon l’enquête électorale du Cevipof, Macron bénéficierait d’un report de 8,5 millions de voix au deuxième tour, contre 4 millions pour Le Pen. L’élimination du Parti socialiste et des Républicains a laissé leurs électeurs sur le carreau, mais la plupart acceptent de faire barrage au Front national. Pierre Cogniet, étudiant à Sciences Po Bordeaux, a voté François Fillon au premier tour, « parce que c’était le plus réaliste face à la situation économique du pays. » Il savait dès l’issue du premier tour qu’il voterait Macron. « Le débat était pitoyable, sans confrontation d’idées, déplore-t-il. Mais même si Marine Le Pen l’attaquait tout le temps, Macron se défendait bien je trouve. Lui qui avait l’habitude d’esquiver les attaques et d’être d’accord avec tout le monde, il s’est montré assez ferme cette fois. »  À droite comme à gauche, le débat a, au mieux, consolidé des décisions déjà prises.

Lou Kisiela et Noé Pignède

 
   

Copyright © 2021 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.