« A voté » : et après ?

EN CAMPAGNE. Un peu plus de 65 % des inscrits ont voté dimanche après-midi avant 17 heures, un chiffre très inférieur à celui du 23 avril. Pour ces électeurs qui ont déjà glissé leur bulletin dans l’urne, le devoir est accompli. Comment voient-ils leur implication dans la vie politique de leur pays ?

 

À quelques heures du résultat final, les derniers instants de cette élection présidentielle ont des airs de fin de marathon. Elle semble avoir laissé les électeurs et les candidats sur les rotules. « On a surtout hâte que ça soit fini », lâche Matthias, qui s’est rendu ce matin dans un bureau de vote de Lille-Sud. « Je ne me suis jamais autant intéressé à la politique française que ces dernières semaines. Maintenant, j’ai besoin d’une pause. Je ne veux plus les entendre. »

« L’action par les urnes, ça ne fonctionne pas. »

Les affaires, les scandales, les fausses informations. Les grands débats et les petites polémiques. Les marchandages et les ralliements imprévus. Est-ce qu’une campagne présidentielle a déjà suscité, à valeur égale, autant de dégoût de la politique et de passions ? Soraya, infirmière insoumise dans les Hauts-de-France, y voit une occasion de raviver son engagement politique. « Je suis allée voter et ça n’a pas marché. Pour autant, je ne considère pas ça comme un échec. Au contraire, même. C’est la preuve que l’action par les urnes, ça ne fonctionne pas. » Pour la fonctionnaire, le moment est « plus que jamais » celui de l’éveil politique. « Je serai de toute les manifs, maintenant », assène-t-elle.

Acte citoyen, acte politique

D’autres électeurs refusent de voir dans le fait de glisser un bulletin dans l’urne autre chose qu’un vote citoyen. « Etre engagé dans la vie politique de son pays, c’est adhérer à un parti, à une association. Mais voter, ou ne pas voter, ça ne peut pas être considéré comme un acte politique », considère Marie, électrice de gauche depuis des dizaines d’années. En excluant tout de même, concède-t-elle, « les anarchistes, les libertaires, qui ne reconnaissent pas l’acte démocratique dans sa globalité ».

Le problème serait-il celui d’un système « mal fait » ? 2017, c’est l’année de la deuxième élection d’Héloïse. Pour ce deuxième tour, elle va voter « sans conviction » dans le nord de Lille. Mais pour elle « s’engager de manière active dans la société, participer à l’évolution des prochaines générations, mettre les gens face à leurs responsabilités », ça ne passe pas seulement par le vote. Pour cette ancienne membre des scouts de France qui prône la participation citoyenne, il existe d’autres moyens de s’exprimer.

Voter gris

Pour la jeune fille, voter devrait aller plus loin qu’une simple expression d’une préférence politique. Surtout dans le cadre d’un deuxième tour si polarisé. Pour « ne pas perdre de temps » et débuter l’opposition au lendemain de l’élection, Elliot Lepers propose ainsi d’envoyer, par mail, un « deuxième bulletin » au mouvement d’En Marche !. À la base du projet, « des passionnés de mobilisation citoyenne inquiets de la perte de vitesse des idées progressistes dans l’espace public français », peut-on lire sur son site. Une initiative, lancée mardi 2 mai, qui a déjà compliqué plus de 30 000 réponses.

Dans le même esprit, la pétition « Bloquer Le Pen sans soutenir Macron, c’est possible ! » a déjà recueilli près de 65 000 signatures. Son but : lutter contre le vote d’adhésion en incitant les électeurs à se rendre dans leur bureau de vote en fin de journée pour créer une « anomalie » dans les taux de participation, et faire barrage au Front National tout en exprimant leur désaccord avec le programme d’Emmanuel Macron. « Il s’agit d’une proposition, pour celles et ceux qui décideraient d’aller voter, non par adhésion mais pour réduire le score du FN, à se faire entendre et à ce que cette contestation soit comptabilisée et médiatisée », expliquent ses auteurs. Une initiative qui plaît à Héloïse et à son esprit scout. « Peut-être que je devrais me réengager dans un mouvement associatif, après tout », glisse-t-elle avant d’aller voter.

Marième Soumaré

 
   

Copyright © 2017 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.