Macron élu, les Premiers ministrables prennent position

EN CAMPAGNE. Dès son entrée en fonction, Emmanuel Macron devra tenir la barre d’un gouvernement qui ne cessera de tanguer, tantôt à gauche, tantôt à droite. Certains prétendants à Matignon ont réagi à son élection.

 

Les membres d’En Marche ! ont réagi rapidement à la victoire d’Emmanuel Macron. Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement, a qualifié la victoire de « première étape », avant d’espérer « obtenir une majorité ». Gérard Collomb, maire de Lyon, s’est fendu dans un premier temps de deux mots seulement : « Quelle aventure ! », avant d’ajouter : « La France est belle ce soir. » 

François Bayrou, président du MoDem (centre) et soutien de poids d’Emmanuel Macron, a lui publié une série de quatre tweets juste après 20h. Dans ceux-ci, il félicite le nouveau président, mais brouille les pistes quant à une éventuelle nomination à Matignon.

Vers 21h, une heure après l’annonce des résultats, le maire de Pau a renvoyé la responsabilité des nominations au nouveau président.

À droite :

Bruno Le Maire
L’ancien candidat à la primaire de la droite et du centre à déclaré jeudi 27 avril sur Europe 1 qu’il n’hésiterait pas à rejoindre le gouvernement d’Emmanuel Macron « pour le bien de la France » à la condition qu’il ne se soit pas dégagé de « majorité claire » aux législatives.

Entrée au gouvernement : probable. Il faudra selon lui « regarder comment on travaille utilement avec le prochain président pour que la France ne perde pas cinq ans ».

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel MacronDans une série de tweets, Bruno Le Maire a appelé à mettre de côté les « querelles politiciennes », pour que « la France réussisse ». Il a voulu se placer au-dessus des « intérêts partisans ». L’hypothèse Matignon n’est donc pas écartée, même si Bruno Le Maire a déclaré sur TF1 qu’il ne faisait aucune « offre de service ».

Quelques minutes plus tard, sur TF1, Bruno Le Maire a été plus explicite.

Christian Estrosi
Le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est un allié qui a pris de l’avance. Avant le premier tour déjà, il avait déclaré qu’il « n’excluait pas » une participation dans le gouvernement Macron. Il n’a néanmoins plus de contact avec le candidat d’En Marche depuis sa venue à Marseille le 1er avril.

Entrée au gouvernement : sous réserve. « Tout dépend d’Emmanuel Macron et de sa capacité à intégrer dans son projet des propositions des réformistes de droite », précise-t-il.

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : l’adjoint au maire de Nice a été le plus bavard, en publiant dix tweets rapidement après l’annonce de la victoire d’Emmanuel Macron. Dans l’un d’eux, il a promis de se mobiliser pour faire gagner les candidats des Républicains. 

Plus tard, sur France 2, Christian Estrosi s’est montré plus nuancé.

Nathalie Kosciusko-Morizet
La députée de l’Essonne appelle à voter Macron « sans condition », car pour elle, la priorité est de battre le FN au second tour. Elle demande cependant quelques clarifications sur le projet du candidat d’En Marche, notamment sur le terrorisme.

Entrée au gouvernement : peu probable. « Je n’ai jamais eu de contact avec lui ni avec un de ses émissaires, . Et nous devrions tous nous occuper de faire battre Marine Le Pen plutôt que de nous projeter après le second tour, car sa défaite n’est pas acquise», a-t-elle déclaré au Figaro.

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : L’ancienne ministre n’a pas exclu de participer à la majorité gouvernementale.

Avant de lancer une petite pique à l’adresse des macronistes de la dernière heure.

 

François Baroin
Soutien de François Fillon et désigné pour conduire la liste LR aux législatives, il a annoncé être « disponible pour gouverner » en cas de victoire aux législatives. Mais il prend pour l’instant ses distances à l’égard d’Emmanuel Macron.

Entrée au gouvernement : très probable. Mercredi, sur CNews il déclarait encore : « Si les Français veulent une alternance sans équivoque, s’ils veulent tourner la page de Hollande et de Macron réunis […], alors ils choisiront un gouvernement de droite et du centre droit. Et dans ce cas-là, je suis disponible pour le gouverner. »

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : il a adressé ses « félicitations républicaines » à Emmanuel Macron, tout en le mettant en garde contre les fractures qui divisent la France. Il a rappelé qu’il faisait partie de l’opposition et qu’il mènerait la campagne des législatives pour Les Républicains.

 

Laurence Parisot
Dans un entretien accordé au Parisien le 27 avril, l’ancienne patronne du Médef dément catégoriquement vouloir rentrer à Matignon. Elle affirme cependant être partante pour rentrer au gouvernement. « Si on me demande, je suis partante. Dans beaucoup de domaines ».

Entrée au gouvernement : probable

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : l’ancienne présidente du Medef a publié deux tweets enthousiastes dès l’annonce de la victoire du candidat d’En Marche !

 

 


Retrouvez tous les articles sur Emmanuel Macron


À babord ! :

Jean-Yves le Drian
Ministre de la Défense sous le gouvernement Hollande, il est l’un des soutiens d’Emmanuel Macron pour la présidentielle. Le ralliement de ce poids lourd du PS, annoncé bien avant le premier tour, avait fait grand bruit dans le camp de Benoît Hamon, candidat officiel du PS lâché par ses principaux soutiens.

Entrée au gouvernement : très probable. Dans un entretien donné à Ouest-France, il ne cache pas son approbation pour le candidat d’En Marche ! : « Emmanuel Macron est pragmatique, réaliste, capable de proposer une Europe créatrice, une Europe qui protège, une Europe de solidarité ».

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : Le ministre de la Défense n’a pas encore communiqué de réaction officielle.

 

 

Barbara Pompili
Une touche de vert dans le gouvernement Macron ? La secrétaire d’état chargée de la biodiversité et ex EELV, a annoncé officiellement son soutien au candidat d’En marche ! dans Le Monde. Elle est le premier membre du gouvernement à avoir rejoint Emmanuel Macron.

Entrée au gouvernement : probable, peut-être au ministère de l’Environnement
« Quand on voit le programme qu’il a sur la transition énergétique, notamment sur la réhabilitation des logements des plus précaires, ce qu’il veut sur le diesel, sur l’alimentation, le bio, sur la question de la biodiversité, on voit aujourd’hui qu’on a un programme financé, sérieux et qui peut s’appliquer parce que les belles paroles, si on ne se donne pas les moyens de les appliquer, ça ne sert à rien »

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : L’écologiste s’est fendue d’un classique « Vive la République ! » comme première réaction. Sur RTL, elle a ensuite fait part de sa volonté d’appartenir à une « majorité solide […] autour du projet porté par Emmanuel Macron ».

 

 

Manuel Valls
L’ancien Premier ministre et candidat malheureux de la primaire de gauche face à Benoît Hamon est bien décidé à participer à la majorité gouvernementale en cas de victoire d’Emmanuel Macron le 7 mai. « Nous devons participer à cette majorité présidentielle, et soyons plus clairs, à la majorité gouvernementale qu’il faudra construire » explique t-il devant ses soutiens, dont un quart de parlementaires mardi 25 avril. Il faudra « soutenir un gouvernement qui d’une manière ou d’une autre sera d’unité nationale ou d’entente républicaine. C’est un changement de culture », a-t-il martelé.

Entrée au gouvernement : peu probable
Malgré sa volonté d’intégrer le gouvernement, En Marche ! semble lui tourner le dos. Dans Le Parisien, l’équipe du mouvement d’Emmanuel Macron a déclaré « non envisageable de travailler avec lui dans le cadre de sa future majorité ».

Sa réaction à l’élection d’Emmanuel Macron : L’ancien Premier ministre a salué la victoire d’Emmanuel Macron et s’est prononcé pour le « rassemblement des progressistes » et le « dépassement des vieux clivages ». S’il ne semble pas fermer la porte à Matignon et à une participation gouvernementale, pas sûr que le nouveau président en veuille dans sa majorité.

Christine Lagarde et Jean-Louis Borloo, cités plus rarement comme candidats à Matignon, n’ont pas encore réagi à la victoire d’Emmanuel Macron. Valérie Pécresse a quant à elle exclu de s’installer à Matignon, via un tweet critique. Elle a promis de défendre « le projet de redressement de la droite et du centre ».

Maxime Hantsch et Damien Gaudissart

 
   

Copyright © 2018 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.