En pantoufles ou en chaise roulante : voter en maison de retraite

EN CAMPAGNE. En Ehpad ou maison de retraite, les personnes âgées ont encore le droit de vote. Mais les élections soulèvent de nombreuses questions. Logistiques d’abord: il faut se rendre jusqu’à son bureau de vote. Médicale ensuite : il faut évaluer en amont si une personne âgée dépendante est apte à voter. Àla maison Saint-Jean, un Ehpad du quartier de Wazemmes, un service bénévole est mis en place pour accompagner les résidents.

 

« Monsieur Maillard, vous êtes prêt ? On va vous emmener voter. » Depuis ce matin, Odette Seck fait des aller-retour dans les couloirs de la maison Saint-Jean. Dans une main, un petit sac rouge dans lequel elle garde précieusement les pièces d’identité et les cartes d’électeurs, dans l’autre une liste des différents résidents à accompagner.

Une centaine de mètres à parcourir

Une fois habillé, elle se met en route avec Régis Maillard. Direction : le bureau 109 situé à une centaine de mètres de l’Ehpad. Ça ne paraît pas loin mais c’est une véritable épreuve pour certaines personnes âgées. Odette et quelques bénévoles se relaient donc pour les accompagner à pied et en fauteuil roulant. « Une charrette », comme ils le surnomment. « On a bien essayé de faire le trajet en minibus mais au final on a eu beaucoup de mal à se garer et finalement on s’est retrouvés à cinq mètres de la grille ».  

 

 

Les choses ne sont pas forcément simples une fois arrivé au bureau de vote. Les portes sont étroites, la pièce assez exiguë, alors il est assez difficile de manœuvrer les fauteuils. Un seul isoloir est adapté aux fauteuils roulants, le bureau se retrouve rapidement encombré si plus de deux résidents arrivent en même temps. Les tables pour émarger ne sont pas très pratiques non plus. Sur la route, les fauteuils sont poussés sur la piste cyclable : trop de bordures.

© ALOÏS VANDERF

 


Lire aussi : Être handicapé, une inégalité de fait au moment d’aller voter ?


© ALOÏS VANDERF

 

Une organisation compliquée 

Régis Maillard n’est pas seulement critique de la campagne présidentielle, l’organisation au sein de la maison de retraite en prend aussi pour son grade. « On nous laisse tout le temps dans les couloirs, dans le hall. On sait même pas pourquoi on est là et on attend bêtement ». Odette est seulement accompagnée par une poignée de bénévoles, certains sont en retard, une autre lui fera faux bond. Il s’agit souvent des proches de résidents qui passent donner un coup de main pendant qu’ils viennent accompagner un parent.

Il existe une « charte des droits et des libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance » qui stipule qu’une personne vulnérable doit pouvoir exercer ses droits. Mais elle est purement indicative, les Ehpad et maisons de retraite ne sont pas juridiquement obligées d’offrir un accompagnement à leurs résidents. Beaucoup ne le font pas et comptent sur les familles pour emmener les personnes âgées voter. C’est sans doute parce que l’organisation du vote demande beaucoup de travail. Depuis plusieurs mois, Odette Seck rassemble des pièces administratives pour faire inscrire ses résidents dans le bureau de vote le plus proche, elle contacte les proches pour les procurations et organise les consultations avec les médecins traitants afin d’obtenir les certificats qui prouvent que la personne est apte à voter.

Pour les personnes qui viennent d’être placées en maison de retraite, le vote est plus compliqué. Pas le temps d’être inscrits sur les listes électorales du bureau 109, ils doivent se débrouiller avec leurs proches. Proches qui souvent sont partis en vacances à l’occasion de ce week-end prolongé. Saint-Jean fait avec les moyens du bord : un père jésuite s’est proposé pour faire la navette entre la maison de retraite et les différents bureaux de la métropole lilloise.

La campagne a en tout cas rythmé la vie de la maison Saint-Jean pendant plusieurs semaines. Albertine-Denise Ponchaut l’a suivie de près et même si elle l’a trouvée « moins mordante que les précédentes », elle a quand même une opinion bien tranchée sur le sujet. « J’aimerais vraiment qu’Emmanuel Macron gagne, il est jeune, j’espère qu’il apportera des idées nouvelles, comme ça mes enfants et mes petits-enfants auront un avenir plus serein. Là ils n’ont pas d’avenir » explique-t-elle. Les résidents ont beaucoup discuté entre eux et le personnel a essayé de l’inclure dans le programme des activités. Odette avait affiché un tableau avec les résultats du premier tour dans l’entrée de la maison. Sur le programme des activités de la semaine affiché dans l’ascenseur, le second tour trône entre les commémorations du 8 mai et la soirée crêpes.

Inès El Kaladi

 
   

Copyright © 2018 | Red Mag designed by Themes4WP

Nous contacter

Pour toute question, contactez-nous par mail.

2017 HEBDO, LA NEWSLETTER DE L’ESJ LILLE

Votre adresse mail :

Télécharger notre application

“Ma Campagne” – réalisée en partenariat avec France Télévisions

Disponible sur Google Play

 Site réalisé par les étudiants de l’ESJ LILLE

« Au charbon » est le site dédié à l’élection présidentielle de 2017 de la 92ème promotion de l’ESJ Lille et de la 22ème promotion de la filière PHR.